CIA : CNGE IRMG Association

La CIA est une association réunissant le Collège des Généralistes Enseignants et l’Institut de Recherche en Médecine Générale.

Elle a pour objectifs :

1. de développer la qualité et la pertinence de la recherche en Médecine Générale et en soins primaires
2. d’améliorer et de promouvoir les connaissances et les compétences en médecine générale par la promotion et l’organisation de recherche
3. de gérer un réseau d’investigateurs
4. de défendre les intérêts moraux et matériels de ses membres

Pourquoi a été créé notre association ?

La CIA a été créée par l’assemblée générale constitutive du 14/12/2011 et composée de membres fondateurs désignés, pour 6, par l’association CNGE Conseil, et pour 5 par l’association IRMG.

Notre association répond à un besoin d’évaluation des thérapeutiques en soins primaires, qui s’exprime a plusieurs niveaux :

Nos patients, qui reçoivent des informations parfois contradictoires sur le bien-fondé de telle ou telle thérapeutique.
Nous-mêmes, médecins généralistes, avec des données de la science qui ne répondent pas toujours aux situations cliniques pratiques journalières.
Les agences institutionnelles, qui se sont réformées, et qui ont besoin de suivre l’utilisation des médicaments dans la « vraie vie ». La direction générale de l’offre de soins (DGOS), la direction générale de la santé (DGS) et la Haute autorité de Santé (HAS) ont notamment lancé un programme national pour la sécurité des patients (PNSP) de 2013 à 2017.
Les industriels du médicament et des dispositifs médicaux qui doivent aujourd’hui montrer le service médical rendu mais aussi un rapport bénéfice/risque favorable de leurs produits.

Il y a donc une demande de la société dans son ensemble, à nous d’être en capacité de répondre à celle-ci.

Qui sommes-nous ?

Le bureau actuel est composé de :

– Présent : François Lacoin
– Vice-président : Jean-Pierre Jacquet
– Trésorier : Nathan Abenhaïm
– Trésorier adjoint : Cyrille Vartanian
– Secrétaire général : Claude Guichard
– Secrétaire général adjoint : Marc Bayen

Etudes menées par la CIA

L’étude Optims a été menée en 2012 pour explorer la perception et les attentes des médecins généralistes vis-à-vis des études d’évaluation des médicaments en situation réelle de prescription. Elle a été la première manifestation tangible, et c’est grâce à tous les responsables régionaux et tous les médecins investigateurs qu’elle a été possible. Le taux de réponse est très important : 68 % (640 médecins généralistes sur 946 sollicités).
Ses principales conclusions étaient :

– Les MG interrogés avaient une perception globalement très positive de l’apport des études post-inscription (EPI), sauf en ce qui concerne le coût de la prise en charge, et curieusement, l’intérêt pour les patients. Ils seraient motivés à participer aux EPI surtout si l’objectif leur paraissait pertinent, s’ils étaient soutenus par un référent (de préférence proche), et s’ils avaient un retour d’information sur les résultats.
– Les EPI demandées par les agences étant alors lentes et de mauvaise qualité, du fait de leur réalisation par des médecins tirés au sort, le recours à un réseau d’investigateurs volontaires et formés pouvait être une bonne alternative.

Dans la foulée d’Optims, une pré-enquête (Epan), Enquête de Prévalence des Accidents hémorragiques liés aux Nacos, a été lancée en 2013 pour évaluer les accidents hémorragiques sous traitement par les « Nouveaux Anticoagulants ».
360 MGs ont répondu dans les 5 jours. Les résultats ont montré 7.2 % d’accidents hémorragiques, ayant entraîné 7 décès (0.48 %), peu de récidives de thromboses (0.2 %) et 1.6 % d’arrêt inopiné de traitement. Ces données étaient plutôt inférieures à celles des essais cliniques. Elles montraient néanmoins que les NACOs, alternative thérapeutique aux antivitamine K avaient, comme eux, des effets secondaires graves.

Cette pré-enquête a conforté la CIA dans le projet de réaliser une étude « en vraie vie » du suivi de ces médicaments, désormais appelés Anticoagulants Oraux Directs (AODs) : ce sera l’étude Cacao, débutée en 2014.

La CIA a ensuite choisi d’explorer la fragilité des personnes âgées afin de mieux la repérer (étude Fopas) puis d’évaluer l’utilité, en médecine générale, d’une action et d’un outil pour améliorer la prise en charge des personnes âgées polymédiquées (étude Tapage). Vous trouverez davantage d’informations sur les pages qui leurs sont dédiées.

En 2020, nous avons lancé trois nouvelles études :

– l’étude Egg concernant l’ECG en Médecine Générale
– l’étude Papi sur la prescription d’IPP chez les personnes âgées
– l’étude TDys concernant le dépistage de la dyslexie chez les 8-12 ans

N’hésitez pas à consulter les pages dédiées pour obtenir davantage d’informations voire y participer : il est encore temps !

Les projets des études Fopas, Tapage, TDys, Egg et Papi ont notamment été discutées lors des Journées Idées Recherche de l’IRMG.

Pour nous contacter : .